[Critique] « 21 nuits avec Pattie » de Jean-Marie et Arnaud Larrieu

5 déc

 

 

Allez y pour les acteurs alors...

Allez-y pour les acteurs alors.

 

 Qu’est-ce qui fait courir les frères Larrieu ? On se le demande en visionnant 21 nuits avec Pattie, comme on pouvait se questionner en voyant Les derniers jours du monde ou Un homme, un vrai qui sont totalement ratés car embrassant trop de thèmes, trop de personnages. Ces films constituent des entractes entre les réussites que sont Peindre ou faire l’amour – oui, ils savent faire preuve de finesse, on ne dirait pas mais si – et L’amour est un crime parfait – oui, ils savent organiser leurs idées et créer des ambiguïtés sans les souligner.

 Ici, nous voilà en terre paysanne par excellence – le portable ne passe pas hein, oui, ici, on ne capte pas hein. Et bien entendu, c’est là que l’on peut se ressourcer, revenir à soi, parce qu’en vivant à la ville on s’oublie, on devient un numéro. Caroline – Isabelle Carré qui n’a aucun espace pour son jeu – débarque donc forcée dans ce joli hameau pour enterrer sa mère. Elle va y rencontrer un tas de bouseux, tous plus prévisibles les uns que les autres, et retrouver une libido qu’elle avait abandonnée, non pas parce qu’elle est mariée et qu’elle a eu des enfants mais parce qu’elle n’allait pas assez prendre l’air de l’Aude.

 Il faut savoir que le film n’a rien d’accessible. Les cinéastes se font des clins d’œil permanents en espérant que ça puisse faire écho en nous. Un peu comme si nous les connaissions et que l’on pouvait parler de nos incompréhensions avec eux lors du repas du dimanche. Par exemple, comme souvent, ils mêlent la mort et l’amour, pourquoi pas si c’est leur thème dominant, mais alors là, aller jusqu’à relativiser la nécrophilie !

 Apparenté au cinéma intellectuel français, c’est louable, on pense souvent à Desplechin dans les liens directs entre l’imaginaire collectif ordinaire et les situations qui l’illustrent, mais l’univers des Larrieu apporte tout juste une touche sud-ouest en plus. Un accent bien-être et un retour aux sources à peine plus intéressant qu’un personnage orgueilleux d’un Les petits mouchoirs. Avant la fin de leur carrière, vont-ils nous faire un reportage sur le foie gras ou finiront-ils à l’office de tourisme de Lourdes ?

 Il est à souligner néanmoins que la liberté est dans un coin de la tête des frères et que lorsque l’on s’ennuie ferme, on peut s’amuser à regarder comment l’humour vulgaire et grossier tombe à plat, pourquoi on délaisse le pan policier pour se concentrer sur l’émotion puis sur autre chose, à quel point les acteurs sont lâchés et peu dirigés – du moins en a-t-on la sensation. Ils sont des auteurs car ils n’ont aucune peur du ridicule, ce qu’ils sont souvent d’ailleurs, et la beauté de leur œuvre tient principalement ici : tant pis si ce qui se passe est impossible – Le Clézio en Dussolier, la disparition de ce corps que personne n’a enlevé, si les personnages sont sans profondeur, ils continuent à parler de ce qui leur importe. Dédramatiser notre mort pour améliorer notre vie.

3 Réponses à “[Critique] « 21 nuits avec Pattie » de Jean-Marie et Arnaud Larrieu”

  1. Griffe 21 décembre 2015 à 21 h 57 min #

    Je n’ai pas vu « 21 nuits » mais je ne crois pas que les deux films ont grand-chose de commun. J’étais il y a deux semaines dans un festival (Belfort) et à une table de restaurant où il y avait d’un côté Iosseliani et de l’autre l’un des deux frères Larrieu (je ne sais plus lequel), c’est sans doute ce qui m’a poussé à vous poser la question. J’ai énormément d’admiration pour Chant d’hiver, je vous le recommande chaudement, mais attention car il ne passe plus beaucoup…

  2. antiherosmoderne 21 décembre 2015 à 16 h 50 min #

    Bonjour.
    Non je ne l’ai pas vu mais il est dans la liste des films que j’aimerais voir prochainement. Vous me le conseillez? Il y a un lien entre « Chant d’hiver » et « 21 nuits avec Pattie » selon vous ?

  3. Griffe 13 décembre 2015 à 2 h 18 min #

    Bonjour. Avez-vous vu « Chant d’hiver » d’Otar Iosseliani ?

Laisser une réponse

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus