[Critique] « Au-delà des collines » de Christian Mungiu

16 jan

[Critique]

Pas bête les panneaux solaires sur les toits.

 

 Il est difficile de parler de ce film tant il est contemplatif et tant peu d’événements importants jalonnent l’histoire. Il faut donc lire entre les plans, très esthétiques la plupart du temps.

 Certes, le petit village roumain est pittoresque, et la neige qui recouvre ces jolis paysages peut nous envelopper l’espace d’un moment, car Mungiu sait filmer, cadrer – serait-il trop fier de lui ? – et faire passer son message, mais on s’ennuie ferme dans la grisaille monotone de l’intrigue.

 Les personnages, peu approfondis, sont assez bien définis pour nous faire comprendre que chacun joue son rôle, dans la vie comme au cinéma, sans éclats et sans effusions. Le lien entre les deux héroïnes est flou et il se doit donc d’être peu appuyé, les méchants sont méchants involontairement et la religion n’est pas fanatique – et pour une fois, Dieu merci, l’islam n’est pas la cible.

 Bien que dénonçant ironiquement les bêtises d’une religion – orthodoxe, ornée de ses très nombreux commandements hilarants – dépassée par la société actuelle, Mungiu ne prend pas assez position et c’est bien ce qui finit par déranger : il se contente de montrer. Le souci majeur ne serait-il pas d’avoir choisi d’adapter un fait divers, rubrique préférée des plus de soixante ans dans les journaux ?

 Reste que si l’on va voir ce film avec une dent contre la religion ou avec un a priori positif sur les films d’auteur qui se caricaturent un peu, on pourra en ressortir conforté dans son opinion.

 À croire que l’on ne peut aborder le sujet religieux à l’écran (Des hommes et des dieux), aimer (The tree of life) ou critiquer (Au-delà des collines donc), que d’une seule manière : sans point de vue personnel.

 

Pas encore de commentaire

Laisser une réponse

Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus